dimanche 25 mars 2007

KenzoAmour

Voici une publicité que je trouve jolie : un voyage d'amour en extrême orient plein de couleurs et de vie.



Les images sont soulignées par une musique envoûtante signée Coco Rosie ("Good friday") qui compose généralement des chansons belles mais étranges. Le mannequin est une superbe femme, Olga Kurylenko, à la beauté ensorcelante et au regard captivant.

Le parfum de Kenzo sent d'ailleurs très bon avec un floral boisé et sucré. Un parfum doux et sensuel avec du riz (!), de la vanille et du thé blanc (!!).

7 commentaires:

François a dit…

Cette video illustre parfaitement le travail des publicitaire qui consiste à vendre une odeur par l'image. Clip assez réussi, et en effet, musique à retenir !

Après Flower by Kenzo, KenzoAmour !
Bravo Kenzo !

ßertrand a dit…

"Cette video illustre parfaitement le travail des publicitaire qui consiste à vendre une odeur par l'image"

C'est exactement ce que j'ai voulu dire !

Erwan a dit…

Le travail des publicitaires a toujours consisté à vendre quelque chose par l'image, au sens propre comme au figuré. Et au jour d'aujourd'hui, c'est même cette image qu'ils vendent. Si cela n'a âs été toujours le cas...

Donc pour moi l'odeur du parfum n'est pas ce qui est vendu, mais confirme l'intention d'achat (selon l'approche du consommateur). Car qu'est-ce qui détermine le choix du parfum, au-delà même de ses essences (car y'en a jamais qu'un seul qui plaît) ? Son image et ses odeurs associées (il faut bien un minimum de pertinence) ! Et qu'est-ce que l'on achète avec KenzoAmour ? Asie, zen, nature (évitons les classiques sensualité etc propre à la nature même du produit). Si je m'y identifie, à cette image et aux émotions qu'elle suscite, je suis acheteur.

Erwan a dit…

Pour plus de clarté (après relecture ^^), je précise encore mon commentaire.

A une image il y a forcément des odeurs associées/pertinentes. Càd que l'on associe une essence virile si l'image véhicule la virilité. Ex : BOSS avec Baldessarini => différencie les hommes des petits garçons. Et ainsi de suite... Kenzo par contre joue donc beaucoup de l'exotisme (asie) et cela se reflète aussi dans ses sélections : thé, riz, ... l'accordance est importante. Elle fixe l'objet, donc l'image. L'image via la pub mais aussi l'emballage bien sûr.

François a dit…

Très bonne analyse !

Toute fois je ne me considère pas du tout parmi ceux qui achette un parfum pour son image, son esthétisme (du flacon), de l'emballage et autres. Personnellement, quand j'achète un parfum, c'est uniquement pour son odeur sur ma propre peau !
Car en effet, suivant le pH de la peau, l'odeur du parfum varie. Il m'ai donc arrivé de préférer l'odeur d'un parfum sur la bouteille (enfin sur le buvar) à un autre, et par contre de préférer l'odeur du second sur ma peau par rapport au premier ! Il en résulte l'achat de Body Kouros d'Yves Saint Laurent. (je ne me souviens plus du nom de l'autre parfum ^^')

Voilà ! :)

ßertrand a dit…

Oui bonne anal-yse (même si on le savait tous). D'ailleurs je pense être de plus en plus sensible au marketing qu'au produit lui même. Peut-être que j'apprécie l'odeur du parfum KenzoAmour parce que la pub ma frappée.

Erwan a dit…

Moi je ne cloisonne pas tant que ça ma perception d'un produit (qui n'est pas l'"objet"). Le produit, c'est l'abstrait (image) et le concret (service/objet). Ce que je perçois, ce sont les deux à la fois, cosnciemment ou pas. François, si Body Kouros d'YSL était en fait, à contenu égal, MaFontaine d'Auchan, avec son packaging de MD, disponible au rayon hygiène et beauté de ta grande surface favorite, qu'en serait-il ? Ce n'est peut-être pas ta priorité, mais tu ne dois pas être insensible à l'image non plus. Pourquoi alors un parfum de grande marque ? Je suis sûr qu'il doit exister un parfum bien moins prestigieux et exclusif et qui siert tout autant à ta peau et ton flair ^^

Pour moi, l'image (et donc le marketing qui la façonne) est indissociable à l'objet. Quel meilleur exemple que nos vêtements et accessoires ? On s'approprie leur image...