lundi 19 mai 2008

Le monde peut-il nourrir le monde ?

Je ne suis fier de moi, j'ai au moins quatre magazines Télérama que je n'ai pas encore lu... Ce n'est pas trop gênant dans la mesure où je ne feuillette que très rarement les programmes télé (seules les 80 premières pages de l'hebdomadaire m'intéresse) mais j'ai horreur d'être en retard dans mes lectures. D'ailleurs je fais bien de m'y remettre car il y a un des articles qui me laisse sur la réflexion. Cet article est en fait une rencontre avec Edgard Pisani, un ancien ministre clairvoyant. Je viens tout juste de terminer la lecture de cet entretien et celui-ci m'interroge, me travail. J'aime bien quand un article me fait cet effet là alors je le partage avec toi en te proposant le début de la rencontre, qui te donnera les premiers éléments du sujet (très actuel) :

Ancien ministre de de Gaulle, chargé de la Nouvelle-Calédonie sous Mitterrand, ce spécialiste de la faim dans le monde nous prévient : si les uns ne changent pas très vite leur logique de profit et les autres leur mode de vie, la Terre comptera bientôt deux ou trois milliards d'affamés.

Rappelez-vous. C'était en janvier 2007 : les Mexicains descendaient dans la rue pour manifester contre l'augmentation du prix de la tortilla, la galette de maïs. A l'époque, beaucoup avaient souri. Depuis, les émeutes de la faim se sont répandues comme une traînée de poudre : au Cameroun, au Maroc, au Yémen, au Sénégal, en Indonésie, au Bangladesh, aux Philippines, en Haïti... Blé (+ 130 % depuis 2006), riz (+ 170 %), maïs (+ 140 %) : les produits agricoles de base flambent et le monde découvre avec surprise que la fin de la faim n'est pas pour demain. Que la famine menace plus d'un milliard d'êtres. Edgard Pisani est de ceux qui préviennent depuis des années de l'imminence de la crise. Ancien ministre de l'Agriculture, de l'Equipement sous de Gaulle, puis chargé de la Nouvelle-Calédonie sous Mitterrand, ce grand serviteur de l'Etat a souvent eu une longueur d'avance. A 90 ans, le regard bleu plus acéré que jamais et la voix grave, il dit toute sa révolte. Celle d'un vieux sage lucide, à l'espérance chevillée au corps.

Pourquoi cette crise ?
Prévisible, elle est la conséquence logique de notre inconséquence et va inéluctablement s'aggraver. Voilà des années que je lance des cris d'alarme et que je pose la question suivante : le monde peut-il nourrir le monde ? Sans doute pas ! Nous avons, fort heureusement, inventé les moyens de diminuer la mortalité infantile. Mais, ce faisant, nous avons créé une explosion démographique sans précédent. La planète n'est pas faite pour accueillir les neuf milliards d'êtres prévus pour 2050 et leur donner à manger en suffisance. D'autant moins que, pour nourrir ceux qui existent, l'homme a inventé des procédés qui ont déréglé la nature et l'ont rendue moins fertile. Pour installer ce surcroît de population, les villes s'étalent sur les terres les plus fertiles de la planète. On a le sentiment que le monde est devenu fou. Il demande à la nature plus qu'elle ne peut donner et se laisse entraîner par le goût de la découverte et du profit.

Pour lire la suite des propos d'Edgard Pisani, c'est ici.

4 commentaires:

saab a dit…

Merci pour le lien qui mène à cet article très instructif il a vraiment raison. C'est un homme remplit de sagesse qui tire la sonette d'alarme.

(Ce que je pense) et ce au détriment de beaucoup :les famines, maladies et guerres sont (hélas)indispensables pour maintenir un certain équilibre, imaginons que l'on enraie ces trois "fléaus", demain on est plus de 10.000.000.000 et ainsi de suite, les gens n'arrêtent pas de se procréer et si on ajoute les bénéfices et les spéculations, la Terre exploserait en moins de 50 ans, les humains ne se rendent pas compte du mal qu'ils font à la planètre, beaucoup pensent que consommer ou faire des enfants sans avenir à l'horizon (en plus il existe encore des familles nombreuses même en Occident mais à quoi pensent-ils donc ?) est un jeu.

J'ai vu récemmentune émission sur les bio-carburants aux Etats-Unis et les surfaces considérables que cela prend comme proportion, c'est un scandale de créer ce qui pourrait servir de nourriture pour en faire un carburant uniquement réservé à être détruit par la combustion des voitures. Ne sommes-nous pas devenus fous ?

Par contre les pouvoirs publics sont en partie responsables en ce qui concerne l'utilisation de la voiture car les transports publics ne sont pas assez nombreux et diversifiés pour se rendre d'un point à un autre dans un laps de temps raisonnable, voir ils sont inexistants avant et après certaines heures très restrictives. Et de deux ils ne sont pas aménagés pour pouvoir transporter nos courses... par exemple j'achète des copeaux de bois par brique de 20kg pour les excréments de mes chats (c'est plus écologique que les graviers car je composte), je me vois difficilement faire le trajet dans un bus avec cela ! De même que pour d'autres courses plus encombrantes.

Tif' a dit…

Il y a tellement de choses à dire que je ne sais même pas par quoi commencer. Si : la dictature de l'argent et du pouvoir, à toute échelle, est un poison pour la société humaine et par conséquence logique pour notre Terre mère et nourrissière.

Je ne suis pas d'accord avec ce que dit Saab sur un point. D'un point de vue purement biologique, oui : guerre, maladie, famine sont des facteurs limitants, mais ne pourrions nous pas, comme l'homme sait si bien le faire, déroger à ces principes biologiques en nous contraignant nous-même, par un effort de volonté, à ne pas trop nous "reproduire", je ne dis pas que la chine est un exemple dans la manière qu'elle a de limiter les naissances, mais elle nous en a donner la réflexion.

Autre point : les pouvoirs publiques ont bons dos. C'est à nous de réagir, la lois nous en donne les pouvoirs. Premièrement, élisons correctement ! Puis mettons un point d'honneur à la réflexion concerté avec le public, les scientifiques et les pouvoirs publics. Deuxièmement, l'aménagement des transport en communs est un casse-tête sans nom ! Manque de place, problème d'incompatibilités territoriales et parfois environnementales, manque de moyens, manque de volonté politique surtout (élisons mieux encore une fois) etc., etc., etc...

Sinon, le problème de la famine, des prix qui flambent, etc., en dehors du fait avéré que l'argent (la manière dont l'homme l'utilise du moins) y est pour une grande part, c'est également notre gestion agricole et nos modes de vie alimentaire qui posent problème : pourquoi le blé, le riz, le maïs augementent de prix : pour une petite partie par les agro-caburant (une lubie financière irraisonnée encore une fois), et pour une grande part, par la demande beaucoup trop forte en viande qu'à l'homme, il a suffit que la chine s'enrichisse et donc manger plus de viande (qui dit viande, dit nourrir le bétail, avec quoi : du blé, du maïs, du riz), pour que le problème, déjà soulevé il y a bien longtemps par les écologistes, sautent aux yeux de tout le monde. Nous mangeons trop de viande. Notre organisame en a besoin, certes et encore vous dirons les végétariens(-liens), mais certainement pas dans les quantité que nous consommons actuellement. (d'où la pénurie de poisson aussi). Une bonne réflexion, puis une bonne gestion des ressources, et des offres alimentaires serait une bonne solution. Mais voilà, il y en aura toujours, qui voudrons en profiter... je vous le donne en mille : financièrement.

Hormis tout ceci, une autre problème et celui-ci beaucoup plus grand nous arrive, que personne ne voit assez bien arriver : l'ère glacière suivante. On se croit protégé, on croit qu'on a le temps de la voir venir. Et bien détrompez vous, car, comme prouvé scientifiquement, qui dit réchauffement brutale de la planète, dit arrête des courants marins (notamment du gulf stream), dit ère glacière qui peut arriver en une décennie (ce qui est déjà arrivé dans le passé géologique). Donc si on veut se préparer à ce changement, il faut arrêter nos connerie maintenant, car peut-être n'est-il pas trop tard ?!

Je pars un peu dans tout les sens, et pour cause, TOUT est lié. Il faut donc avoir une réflexion globale des choses et ne pas "ne pas réfléchir plus loin que le bout de son nez", ou dit différemment, "que le bout de son porte-monnaie"...

Mais, n'y aurait-il pas trop de choses à revoir, et trop de "on vous aura prévenu" ignorés, trop d'habitudes dans le mode de vie humain pour régler le problème au plus vite ?

Malgré tout, je reste positif et je veux y croire !

ßertrand a dit…

Merci pour vos deux messages. Cela fait plaisir de vous voir réagir (même si Saab est assez extrême dans son deuxième paragraphe ! ^^).

"la dictature de l'argent et du pouvoir, à toute échelle, est un poison pour la société humaine" : excellent Tif' ! ; -)

En revanche je ne sais pas si je suis aussi positif quand à l'avenir. L'homme ne changera pas. En tout cas pas de sitôt et seulement si un problème concret suirvient...

saab a dit…

C'est vrai que mon deuxième paragraphe peut choquer mais nous occidentaux vivont en parfaits égoistes sans aucune réflexions sur l'avenir que nous proposons à nos enfants, notre hédonisme est par moment sans limites et ppeut faire du mal à la planète.

J'aimerais sincèrement qu'il n'y ait plus de guerres, de famines et de maladies, c'est clair, combien de fois je n'ai pas pleurer à la vue d'images terribles mais en temps de paix, il est prouver que l'on se reproduit bien plus et que seule l'éducation permet de réguler un peu l'afflux de naissances mais ce ne serait pas encore assez pour éviter l'implosion !

Je comprends les points de vue de 'Tif et je suis d'accord sur tous sauf pour les pouvoirs publics, ici en Belgique ce sont toujours les mêmes personnes qui sont mises en avant (+ le vote est obligatoire icic contrairement à la France) et le pire les rejetons d'hommes politiques font à leur tour de la politique on est bien en royauté belge politique, je vote écolo et à chaque fois on les discrimine ou on leur pique une partie de leur programme pour toucher leur électorat ! Que faire les politiques ne répondent pas à notre vote sanction ou se préocupent de communautaire, que faire ? Manifester, ils en ont rien à foutre !