mardi 6 octobre 2009

H1 touché, N1 coulé

Avec un peu de retard, voici un courrier de lecteur de Télérama de la semaine dernière, dont sa pertinence m'a fait (doucement) sourire :

« Je n'ai toujours pas contracté la grippe alphanumérique mais, étrangement, je me sens en surcis sanitaire précaire. Mes journaux (radio, papier, télé, Internet) grouillent de virus. Contaminés, les discours de mes voisins, infectés, les mots de mes amis, contagieux, les propos de ma famille, fiévreux, les yeux des politiques, maladifs les commentaires des journalistes. Bouillons de culture dans les valises diplomatiques, quarantaines aux frontières... Des cordons sanitaires se tissent, des inconnus avancent masqués, les canalisations s'engorgent des litres d'eau savonneuse déversés dans nos lavabos, les mains sont ivres de solution hydroalcoolique, les poubelles débordent de tonnes de mouchoirs en papier. La vaccination devient, par principe de précaution, obligatoirement facultative mais sera bientôt facultativement obligatoire. Baisers interdits, effleurements proscrits, transports collectifs déconseillés, amoureux contre-indiqués, toléré le clin d'œil furtif derrière des verres fumés. Peut-on encore partager nos pensées ? Je me sens tout à coup harassé, fourbu, tendu, stressé, inquiet, angoissé. Je viens de tousser... Au secours, je suis foutu. »

2 commentaires:

Erwan a dit…

Tellement vrai...

gR.I.P.pe huhuhu ^^

Je suis tatoué, ça compte comme un vaccin ?!

ßertrand a dit…

Je te donne deux réponses, tu choisis celle qui te plait le plus :

1/ Je ne pense pas, les tatoués sont généralement les premiers à y passer… Désolé.

2/ Le tatouage que tu portes te protège tel un talisman aux pouvoirs terrifiants.